Le Sacré Cœur de Jésus

Mon cœur n'aimera rien que votre Sacré-Cœur !

Les derniers mots du Père Sevin lors de sa mort étaient,  en tenant son Crucifix : " LUI, c'est mon Compagnon !".             Le 16 Juin 1950, il s'était aussi consacré au Sacré-Coeur de Jésus. 

Mais pourquoi plus spécialement le Cœur de Jésus ?

Au XVIIe siècle, Jésus apparaît à une religieuse de la Visitation à Paray-le-Monial, sainte Marguerite-Marie, et lui montre son cœur environné de flammes ardentes, en lui disant "Voilà ce cœur qui a tant aimé les hommes qu'il n' rien épargné jusqu'à s'épuiser et se consumer pour leur témoigner son amour". Il lui demande de répandre partout la dévotion à son divin cœur qui ne reçoit le plus souvent qu'ingratitudes et outrages, et qu'une fête particulière soit instituée en son honneur le premier vendredi après l'octave du Saint-Sacrement. Soutenue par son confesseur saint Claude de La Colombière, sainte Marguerite-Marie devient une ardente apôtre du cœur de Jésus et en fait profiter toute l'Eglise, bien avant Sœur Faustine qui verra au XXe siècle ce même Sacré-Coeur irradiant de rayons de miséricorde.

Au temps de la jeunesse du Père Sevin, la dévotion au Sacré-Cœur a pris une belle et grande place dans l'Eglise et dans les familles. Nul doute que le jeune garçon, qui a connu très tôt la souffrance, ne soit attiré par le cœur de Jésus "car c'est sur Jésus-Christ que ma force se fonde, son coeur bat sur mon coeur, sa main tient dans ma main".

Tout au long de sa vie, il prend l'habitude de prier le Sacré-Coeur de Jésus, et il encourage les troupes scoutes à s'y consacrer.

En 1950, le Père fête ses 50 ans de vie religieuse. Il a beaucoup souffert de son éviction du scoutisme et il doit abandonner la Sainte-Croix de Jérusalem, pourtant il continue de faire confiance au Sacré-Coeur, le seul qui peut comprendre l'immense peine qui le ronge alors qu'il continue de sourire et d'aider inlassablement ses proches. Il écrit le 16 juin 1950, à Boran, cette Consécration au Sacré-Coeur et à sa Miséricorde.


" Ne rejetez pas, Jésus, toute cette misère qui vient se réfugier dans votre Cœur : sauvez-moi de moi-même et faites ce miracle qu'avant de mourir je sois enfin tout à vous ! Puisque je vous suis consacré à tant de titres, faites que rien ne vienne me ravir à votre amour, ne me sépare de vous et ne profane cette consécration. Gardez, protégez comme vôtres, mon âme, mon corps, mon esprit, mon imagination, mon cœur et mes sens. Qu'il n'y ait rien en moi qui ne soit à vous et à vous seul, et recevez-moi tout entier en votre infinie miséricorde.

Je vous consacre tout ce que je suis, tout ce que j'ai, tout ce que je fais et ferai encore en ce monde, toutes les âmes que vous m'avez confiées. Gardez toutes ces âmes en votre amour : qu'elle au moins deviennent aussi saintes que vous e désirez, qu'elles ne fassent point échec à votre tendresse...

Ô Jésus, Jésus bien-aimé, Jésus, malgré tout, seul aimé, puisque je veux être vôtre, prenez-moi et faites-moi saint à tout prix, même malgré moi ! C'est impossible à ma misère, ce n'est qu'un jeu à votre miséricorde, et je vous le demande avec la plus obstinée confiance, car si je puis justement désespérer de moi-même, je sais que ne n’espérerai jamais trop de votre puissance et de votre bonté.

Cœur de Jésus, pour ma vie et pour ma mort, pour moi-même, pour la Sainte Croix de Jérusalem et pour tous ceux que j'aime, de tout mon cœur et de toute ma volonté, j'ai confiance en vous ! "