Biographie

Jacques Sevin naît à Lille le 7 décembre 1882, dans la maison de ses grands parents maternels, 136 rue Colbert. Il sera baptisé le lendemain en la paroisse de Notre-Dame de Consolation. Son père est courtier assermenté, ce qui fait que la famille Sevin déménage assez souvent. Sa mère est musicienne et donne des cours de musique, c'est grâce à elle que le Père Sevin aura un goût prononcé pour la musique et les poèmes. Quelques temps après, la famille déménage au 11 rue Beaumont à Dunkerque, puis se fixe à Tourcoing. 

En 1892, Adolphe Sevin, le père de Jacques, l'inscrit au collège jésuite de la Providence à Amiens. Cette école lui apportera beaucoup. Tout d'abord, les élèves sont soumis à une vie austère, qui commencent à préparer le jeune Jacques à la vie religieuse ; de plus les différentes qualités des jeunes sont encouragées et cultivées. En 6e, leur professeur, le Père Duvocelle, sépare la classe en 2 frégates : l'Alerte et la Joyeuse. Toute l'année, les deux frégates sont en compétition amicale pour les projets, les prix d'excellence etc... Jacques Sevin souhaite alors devenir marin et commence à s'intéresser à la chevalerie.


Jacques Sevin fait sa Première Communion le 21 Mai 1893, et sa Confirmation le 25 Juin dans la chapelle de l'école. Deux de ses frères décèdent l'année de ses 13 ans, ce qui le marque profondément, mais c'est aussi à ce moment qu'il décide de rentrer dans une vie religieuse. "En 1895, le 30 juin, au cours d'une promenade de collège, je pris conscience de ma future vocation sacerdotale, que je n'envisageais pas autrement que religieuse." A l'âge de 18 ans, alors qu'il est en classe de philosophie, et son père refusant catégoriquement qu'il s'engage dans la Marine, il fait une retraite spirituelle prêchée par le Père Aloys Pottier, ce qui lui confirme son envie de se consacrer à Dieu. 

Le 1 août 1900, le Père Bastien, jésuite, l'aide à discerner et suite à cette discussion, Jacques Sevin partira au séminaire jésuite de Saint-Acheul le 3 septembre. 

Durant le premier mois, les séminaristes sont initiés aux Exercices Spirituel de Saint Ignace. Ce travail sera qualifié de "trente jours passés sur terre avec le ciel" par le futur Père Sevin.  

Après les lois anticléricales de 1880 et de 1901, les jésuites sont obligés de quitter la France, comme toutes les autres communautés religieuses. Les séminaristes de Saint-Acheul sont envoyés dans le séminaire belge d'Arlon. Le 5 septembre 1902, Jacques Sevin prononce ses voeux perpétuels, c'est aussi à ce moment qu'il reçoit son crucifix qu'il ne quittera plus. Au cours de son séminaire, Jaques Sevin se liera d'amitié avec le Père Doncoeur. 


En 1913, deux articles de la revue jésuite "Études" critiquent fortement le Scoutisme (mouvement de jeunes créé en Angleterre par Baden-Powell en 1907). Il se trouve que l'une des première troupes se trouve à Roehampton, près d'un lieu de repos des Jésuites Français. Jacques Sevin profite alors des vacances d'été pour aller voir ce qu'est réellement le scoutisme. Il en profite aussi pour discuter avec les évêques sur place comme Monseigneur Butt et le Cardinal de Westminster, qui l'introduiront au Q.G des Scouts où se trouve Baden-Powell. 

En 1914, Jacques Sevin est ordonné prêtre. A cause de la guerre, sa famille ne peut être présente. Une fois ordonné, il attendra son ordre de mobilisation comme aumônier, qui n'arrivera jamais... 

Ayant terminé ses études d'anglais, fin connaisseur de cette langue et de la culture anglo-saxonne, le Père Sevin est envoyé comme professeur en 1916  au collège Notre-Dame du Tuquet à Mouscron, toujours en Belgique. C'est à cette période qu'il va commencer à faire les premiers tests de scoutisme et qu'il va rédiger sa première version du livre : "Le Scoutisme, Études et Applications". Il sera aidé dans son entreprise par Gustave Fache qui sera le premier Scoutmestre. 

Peu a peu, les deux hommes vont développer la troupe et adapter la théorie reçue de Baden-Powell aux garçons qui leur sont confiés. Les textes fondateurs des Scouts de France : la promesse, la prière scoute, la loi, vont être écrits durant cette période. Il dessine aussi l'insigne d'origine (que les scouts porteront plus tard au chapeau et sur le coeur).


Cette première troupe étant clandestine, elle n'avait pas d'uniforme, ne pouvait pas faire de camp et les programmes étaient revus et retravaillés pour les adapter aux garçons. Il faudra attendre 1919 pour que la troupe soit officiellement créée et que les scouts aient des uniformes (commandés en Angleterre).   

Le Père Sevin restera en contact avec la 1ère Mouscron jusqu'à la création officielle des Scouts de France.  

En 1920, le Père Sevin est muté par les jésuites à Paris, pour participer aux différentes réunions de chefs qui ont déjà tenté l'aventure scoute suite à la traduction de "Scouting for boys" :

  • L'Abbé de Grangeneuve (Vaillants compagnons de Saint-Michel)
  • L'Abbé Caillet (Intrépides) 
  • Le Chanoine Cornette (Entraîneurs de Saint-Honoré-d'Eylau)
  • Lucien Goualle
  • Henry Gasnier
  • Edouard de Macédo 
  • Le Père Sevin 

Ces réunions vont avoir pour but de poser les différentes bases de la future fédération des Scouts de France. Entre temps, le Père Sevin demande au Général de Maud'Huy d'être le premier Président du scoutisme catholique. 


Le 25 Juillet 1920, les statuts sont achevés, et l'association est officiellement lancée ! 


Le Père Sevin en est nommé Secrétaire Général et Commissaire Général. C'est à cette période qu'il écrira le fameux Chant des Adieux, inspiré de la ballade irlandaise Auld Lang Syne. 


La fédération des Scouts de France prend son essor principalement grâce à l'amitié du Chanoine Cornette (Le Vieux-Loup, totem qui lui est  donné par Jacques Sevin), d'Edouard de Macédo (Hibou Pacifique) et du Père Sevin (Renard Noir). D'ailleurs ces deux derniers participeront au premier Jamboree mondial à Londres en 1920. 

En janvier 1921, le Cardinal Dubois, archevêque de Paris, approuve la Fédération des Scouts de France. Au mois de juillet de cette même année, au camp interfédéral, Baden-Powell en personne décerne au Père Sevin le Loup d'Argent, plus haute récompense du Scoutisme.


Le journal "Le Chef" est lancé sur une idée d'Edouard de Macédo et du commissaire d'Alsace ; ils  chargent le Père Sevin d'en assurer la rédaction pour assurer une formation continue des chefs qui sont de plus en plus nombreux.


Puis le Père Sevin est chargé d'organiser le camp national des Scouts de France qui aura lieu du 31 Juillet au 10 août 1922 dans le parc du château de Chamarande. Tout en s'occupant des 600 garçons présents, les chefs des différentes troupes en viennent rapidement à échanger leurs idées sur la méthode et les pratiques. À la fin de ce camp, le Père Sevin partira suivre le cours du Gilwell Park (centre de formation fondé par Baden-Powell). Il en revient avec le titre de "Deputy Camp Chief" pour ouvrir des camps de formation dans la lignée de Gilwell. 

En 1923 s'ouvre donc le premier camp de formation à Chamarande. Il a pour "Scoutmestre" le Père Sevin,  et pour assistants Paul Coze et Michel Blanchon. Par esprit de fraternité, les chefs qui y viennent décousent leurs insignes, portent le foulard gris et l'insigne de la 1ère Chamarande. Le Père Sevin aura pour sa part une dérogation de sa hiérarchie pour porter de temps en temps l'uniforme scout au lieu de sa soutane ! Il institue aussi la tradition de finir le camp de formation par le Chant des Adieux, en "joyeux au-revoir".

A la fin du premier "Cham", le Père Sevin et Edouard de Macédo retournent ensemble à Gilwell pour suivre le cours de formation Louvetisme, sous la direction de Vera Barclay. Ils obtiendront le titre "d'Akela Leader", ce qui leur permet d'ouvrir une branche Louvetisme à Chamarande. 

Le Père Sevin sera mestre de camp de Chamarande durant 10 ans jusqu'à son départ forcé en 1933. 

En effet, depuis plusieurs années, le nouveau président de la Fédération, le Général de Salins, trouve que le Père Sevin est trop influent et qu'il y occupe trop de postes. Quoique le Père ne soit plus Commissaire Général depuis 1924 (ayant démissionné de ce poste à cause de jalousies semblables), Salins finit par convaincre les membres du comité directeur de lui retirer des missions. Petit à petit, il sera reproché au Père Sevin la tentative de création d'un "Ordre scout" au camp de Chamarande. Il sera accusé d'abus de confiance et d'usurpation de pouvoir. 


 Ces accusations créerons des tensions entre les membres des Scouts de France, ceux qui veulent rester fidèles au Père comme Pierre Delsuc (premier assistant formateur à Chamarande) et Edouard de Macédo, et ceux qui souhaitent le voir quitter ses responsabilités comme le Général de Salins et plusieurs aumôniers influents. Pour couper court aux déchirements entre frères scouts et pour montrer l'exemple, le Père Sevin présentera sa démission : "Dimanche, pour la première fois, je serai absent de l'Assemblée générale. M. de Kergolay, je le sais, y redoutait mon intervention ; mon absence vous prouvera ma bonne volonté. Le matin, j'aurais dit la Sainte messe pour vous et pour les Scouts de France. Il ne me reste à présent qu'à attendre ce que Dieu m'enverra par la main des hommes. L'âme très libre et très en paix, je suis et je demeure toujours, mon Général, à vos ordres..." (Lettre au Général de Salins du 24 mars 1933).

Le Père Sevin conserve malgré tout la possibilité d'être aumônier de groupes scouts, et animera plusieurs cercles de prières formés de chefs et de cheftaines. 


En 1935, il fait une rencontre qui lui permettra de faire éclore son deuxième grand projet de vie. Lors d'une retraite de cheftaines en Anjou, il rencontre Jacqueline Brière, cheftaine de louveteaux à Saumur. Grâce à son enthousiasme et à son intérêt, le projet de fonder une congrégation religieuse engagée au service des jeunes, contemplative et missionnaire, vient au jour.


Les "Dames de la Sainte-Croix de Jérusalem" naissent en 1944, et Jacqueline en sera la première supérieure. Fondée à Issy-les-Moulineaux, la petite communauté passe rapidement d'une demi-douzaine à une vingtaine de soeurs, et en 1949, le prieuré est déplacé à Boran-sur-Oise où il existe toujours. 

En 1950, le Père Sevin fête son jubilé de 50 ans de vie religieuse. 

Il retourne à la maison du Père le 19 Juillet 1951 à Boran-sur-Oise en tenant son crucifix dans les mains et en disant : "Lui, c'est mon compagnon".  

Il est déclaré Vénérable de l'Église Catholique le 10 Mai 2012. Sa cause de béatification est en cours.

Auteur : l'équipe Renard Noir, d'après "Jacques Sevin, fondateur et mystique", de Mère Madeleine Bourcereau et les archives de la Ste-Croix de Jérusalem