Les Réseaux Sociaux

27/01/2020

Ayons horreur des mots, passons aux actes.

Père Sevin

Le grand et vrai danger des réseaux sociaux, c'est qu'aujourd'hui tout le monde parle, donne son avis sur tous les sujets, des plus simples aux plus complexes. De ce fait, nous pouvons penser que tous les avis se valent... ce qui est faux !

Pour un problème de santé, les gens vont voir le médecin (donc un expert en médecine), car ils lui font plus facilement confiance qu'à un ordinateur ou un forum. Nous contactons toujours un expert. Ce titre d'expert est mérité par un travail assidu et beaucoup d'expérience, l'expert est une personne qui connaît son sujet, c'est une élite dans son domaine.

Imaginons un scout qui arrive à la troupe. Sa parole sera forcément plus naïve et souvent moins pertinente que celle d'un scout ayant quatre ans d'expérience. Attention, cela ne veut pas dire que le nouveau n'a pas le droit à la parole ou qu'il n'aura pas d'idées intelligentes ou novatrices ! Seulement le scout qui a de l'expérience possède un avis plus pertinent et plus adapté.

Les experts sont donc importants, n'est-il pas plus facile de les écouter lorsqu'un problème se pose ? Or sur les réseaux sociaux, tout le monde peut se poser en expert, tout le monde peut donner son avis et notamment les personnes non compétentes.

Bien sûr nous ne sommes pas contre les réseaux sociaux, mais peut-être avez-vous remarqué que beaucoup de bonne idées restent sur les réseaux et ne se concrétisent jamais. Récemment sur Facebook, nous avons vu une page qui alertait sur l'état de certaines églises en France. Cette page était très bien faite, elle présentait des églises vraiment très belles ! Dans les commentaires, des centaines de personnes avaient réagi et pourtant pas une seule n'avait envisagé la possibilité de créer une association pour un chantier plus urgent que les autres.

De fait nous parlons beaucoup... et agissons peu. 

A partir du moment où l'on a décidé de ses choix de vie, n'est-ce pas normal de se donner les moyens de les vivre ? Le simple fait d'en rester aux réseaux sociaux n'est pas satisfaisant, ni pour un catholique, ni pour un scout.

Mais l'horizon se couvre déjà d'objections : "Ils sont gentils ceux qui écrivent l'article mais moi je fais déjà plein, voire trop de choses : mes études, mon service de chef, ma famille, ma vie sociale, les services pour la paroisse, pour les potes, les voyages..."

D'accord, et pourtant...

  • mes Études : il est évident que vous n'allez pas mettre votre travail de côté, c'est parfaitement clair et entendu ! N'en parlons pas plus.

  • Mon Service de Chef : là déjà nous rentrons dans le vif du sujet ! Un service ne doit pas être une corvée, ni un volontariat désigné ! La première question à vous poser est "pour quelles raisons suis-je chef" ? Ensuite : "suis-je un bon chef" ? "Est ce que je suis en progression et est-ce que mes paroles, actes et gestes sont un exemple pour mes scouts ?" Et enfin : "ai-je une vraie unité de vie" ?!

Après ces questions, (que nous aussi nous nous posons souvent, on vous rassure !) et seulement après, on pourra reparler de votre engagement de chef !

  • Mes loisirs : c'est le point important qui fait mal ! Quelles sont mes priorités dans cette vie ? Mes devoirs c'est bon, mon week-end scout est prévu donc tout va bien, j'ai une soirée la semaine prochaine, et donc maintenant je peux me détendre...

Ce temps libre sera probablement perdu à surfer sur Internet. Entre 2012 et 2017 la durée d'utilisation d'internet pour les jeunes de 5 à 19 ans a progressé de 80 % et représente entre 3 et 8 heures par jour en moyenne... Et si ce temps était utilisé par ces jeunes, et donc par nous, pour se rendre utiles et ne jamais s'arrêter de servir ?

 "On ne fait rien sur terre qu'en se consumant" dit un chant connu... un chant scout non ?

Alors... durant nos temps libres allons aider le Secours Catholique du coin, les prêtres de nos paroisses, les sans-abris de nos quartier, réhabilitons les églises, servons la messe si nous le pouvons, formons-nous, etc....

Ce sacrifice de notre temps libre (qui ne disparaîtra jamais totalement) fera changer les choses sur terre.

(Auteur : les Amis de Renard Noir)