Qu'est-ce que le scoutisme ?

09/08/2017

Prenez n'importe quel garçon de onze à dix-huit ans, ardent et vigoureux : habillez-le en scout, exploitez cette source d'énergie qui est latente en tout adolescent, canalisez-la et lancez-la dans des directions utiles.

 Mais soyez humains. Ne croyez pas que ce torrent ne débordera jamais, que son cours ne déviera point. Les ailes d'ange ne font pas partie de l'uniforme et il ne faut pas s'attendre à découvrir des petits saints de biscuit sous le chapeau scout. 

De tout cela, il y a fort peu chez le garçon ordinaire, mais ce que l'on trouve chez lui, c'est un fond inépuisable de désintéressement, de virilité, de courage et de persévérance, qui ne demande qu'à se manifester, pour peu que vous vous donniez la peine de l'extraire de la façon qu'il faut.
 Œuvre difficile et de longue haleine, soit, mais je doute fort qu'on rencontre un seul homme qui ait essayé d'enseigner le scoutisme aux enfants et qui ne convienne qu'avec tous ses ennuis, c'est un des jeux les plus passionnants auxquels il ait jamais joué."

Père Jacques Sevin, le Scoutisme, 1924, p 15.

Pourquoi former des scouts ?

Baden-Powell voyait 4 buts à la méthode scoute : le sens du service, le sens du concret, la formation du caractère, la santé par la vie dans la nature. Un cinquième a été ajouté par le Père Sevin. : le sens de Dieu.

Ces cinq buts sont indissociables de l'Education. En effet, pour le Père Sevin « une éducation scientifique doit donc s'adresser à la fois à l'âme, à l'esprit et au corps » . Le scoutisme pourrait donc se définir comme une éducation systémique permettant aux garçons de structurer toute leur vie pour devenir des hommes responsables.

  • Le sens de Dieu

Pour  un scout catholique, le sens de Dieu est le premier des cinq buts. Afin de devenir une personne juste, le scout doit avoir un sens de la réflexion, il n'agit pas par mimétisme. Le scout agira en comprenant pourquoi et comment il doit agir. Au fur et à mesure de sa vie scoute, sa réflexion fera référence à Dieu de plus en plus naturellement.

  • Le sens du Service

Servir le bien commun de chacune des personnes vivant en société. Pour cela les individus doivent développer des vertus : la Prudence pour arriver à discerner le bien commun, la Justice pour veiller à ce que chacun participe au bien commun sans aucun privilège, l'Obéissance pour savoir où est sa place et la tenir, la Volonté pour faire au mieux ce qui est demandé.

  • Le sens du Concret

Il est bien d'avoir de bonnes théories, de bon idéaux mais il est encore plus important de pouvoir les réaliser. Il est essentiel que les scouts puissent réagir en scouts en toute situation, se servir de leurs mains autant que de leur tête.

  • La formation du caractère

Une des composantes essentielles à la formation des jeunes garçons. Tout d'abord, il est important pour tout le monde de connaître son caractère. Cette formation permet de savoir quelles sont nos compétences, nos qualités, nos défauts et donc les axes de progression pour devenir meilleur. Ensuite les spécificités de la vie au contact de la Nature, des autres jeunes, des activités invitant au dépassement de soi, forgent le caractère. Marcher sous la pluie en gardant le sourire ne s'acquiert pas immédiatement mais permet de travailler la force d'âme et de devenir une personne plus courageuse.

  • La santé et la vie dans la Nature

Comment un scout peut-il prendre soin des autres si lui-même n'est pas en état ? La réponse est simple : ce n'est pas possible. Il est donc important que les scouts possèdent une bonne hygiène de vie, des connaissances de secourisme et de la pratique d'aide aux autres. De plus, il est aussi important que le scout sache ce qu'il doit manger ou comment pratiquer un sport sans se blesser pour être un exemple pour les autres. 

Le scoutisme est un complément d'éducation.

Pour base il prend la religion - pour nous la religion catholique - pour méthode caractéristique, l'étude de la nature, qu'il pratique dans le cadre d'une fraternité de campeurs, et il a pour but d'aider l'enfant, garçon ou fille, à développer personnellement sa santé, son habileté professionnelle, et surtout à devenir un caractère et à prendre l'habitude du service et du dévouement : ainsi, le jour venu, se sera-t-il préparé à être un bon citoyen des républiques de ce monde et du royaume de Dieu. "

Père Jacques Sevin. "Pour penser scoutement". Éditions SPES, 1934, p 85.